Dans le cadre du Jeu de piste 2017, les participants ont reçus un dépliant présentant les divers points parcourus. Pour continuer à mettre de l’avant l’histoire et les archives de Montréal, nous partageons ici quelques extraits de ce document.

L’ancien Palais épiscopal de Saint-Jacques (au lendemain de l’incendie,1852), John Henry Walker (1831-1899) 1850-1885, 19e siècle, Encre sur papier – Gravure sur bois, 16.7x18.3cm. Don de Mr. David Ross McCord : M16423

Le 8 juillet 1852, un grand incendie ravage la ville de Montréal. À cette époque, la Cathédrale Saint-Jacques, qui avait été construite entre 1823 et 1825, se situait au coeur du quartier français de la ville, dans le faubourg Saint-Laurent. Le graveur John Henry Walker représente les ruines de l’ancien Palais épiscopal de Saint-Jacques sur cette estampe conservée au Musée McCord.

Quelques jours plus tard, le journal La Minerve présentait une carte du territoire et des édifices touchés par l’incendie. Ce quotidien très influant durant son existence, soit de 1826 à 1899, est aujourd’hui accessible dans les collections en ligne de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

1852-2: Tableau de l'incendie du 8 juillet 1852 à Montréal. -15 juillet 1852 Archives  de  Montréal. Collection  Cartes et plans de la  Ville de Montréal, CA M001 VM066-4-P028

1852-2: Tableau de l’incendie du 8 juillet 1852 à Montréal. -15 juillet 1852 Archives de Montréal. Collection Cartes et plans de la Ville de Montréal, CA M001 VM066-4-P028

L’église Saint-Jacques est ensuite reconstruite dès 1854 mais sera de nouveau la proie des flammes en 1858 et en 1933. Aujourd’hui, le campus de l’Université du Québec à Montréal conserve le transept sud de l’église et son clocher, intégrés à l’architecture lors des travaux initiaux de 1975.

Suivez-nous et partagez-nous!